vignette handicap accessibilité moins accessibilité plus
vignette recherche
Vous êtes ici >> Accueil >> L'Actualité >>
L'Actualité

Commémoration de la libération

Le 16 août 2017 au parc Jean Jaurès, en présence d’Alain Espié, maire de Carmaux, du conseil municipal et des associations d’anciens combattants et victimes de guerre, Carmaux a commémoré la Libération de la ville.

Ajoutons que les Carmausins sont venus en nombre en cette fin d’après-midi ensoleillée et chaude pour assister à un hommage rendu aux héros de la Résistance. En ce sens de jeunes carmausins (Samantha Ortega, Olivia Ochoa, Romane Pinguet et Steve Rolland) sont intervenus pour donner vie à des textes de résistants

Cette date marque les débuts des combats pour libérer le Carmausin. Elle intervient le lendemain du débarquement de Provence. Le 15 août 1944, l’armée de l’Ombre devait combattre de front les Allemands.

Le Maquis Antoine a été le premier à entrer dans Carmaux vers les 6h du matin, et c'est avec tous les groupes et Maquis du nord du Tarn ainsi que ceux du sud-ouest de l’Aveyron que pendant trois jours ils ont livré bataille pour chasser l'occupant.

Depuis la fin des hostilités nombre de compagnons de Villelongue et d’autres partisans résistants se réunissaient pour commémorer cette date du 15 août 1944 à Villelongue où se trouve le site mémoire la Résistance Tarn / Aveyron. Ce 15 août 2017 Armand Fraysse* du maquis Antoine était présent au parc Jean Jaurès accompagné par un de ses enfants, de sa petite fille et de ses arrières petits-enfants.

A la suite de la commémoration de la Libération de Carmaux, été remis la Légion d’Honneur à Pierre Gaulène de Carmaux, un résistant du maquis Antoine.

* Le 17 août 1944, Armand Fraysse était l'un des maquisards du Maquis Antoine participant aux combats de Carmaux qui allait être libéré le 18 août. Ce jour-là, une colonne allemande, qui n'avait pas pu franchir le pont de Tanus rebroussait chemin et se livrait à de sanglantes représailles. La maison d'Armand est incendiée et sa petite sœur sauvée des flammes par son aînée Berthe. Ce soir-là ce fut le massacre de Ste Radegonde avec trente fusillés.

 

Rédiger un commentaire :

Anti-spam : *
Pseudo : *
E-mail : * (Donnée personnelle non divulguée)
Commentaire :
Contrôle anti-spam :  *
Veuillez recopier le code dans le champs ci-dessus

* Mentions obligatoires !
Ville Carmaux