Carmaux est jumelée avec Neckarsulm et Porcari. Le jumelage entre deux villes est synonyme d’enrichissement culturel, linguistique, gastronomique, humain.

Une commission extra-municipale, présidée par Robert Crespo, adjoint municipal a pour objectif d’organiser les relations institutionnelles, et de faciliter et développer les échanges entre habitants des villes ainsi qu’associations. Deux groupes de travail dédiés à chaque ville jumelle seront déterminés.

Jumelage avec la ville de Neckarsulm / Allemagne

Jumelage depuis 1958
Ville du district de Stuttgart
30 000 habitants
Un des principaux sites de fabrication des voitures Audi
Siège social de la société Lidl

L'histoire du jumelage

C'est en 1958 que le docteur Hoffman, bourgmestre de Neckarsulm, et Jean Vareilles, maire de Carmaux, ont l'idée de réunir deux villes, l'allemande et la française, moins de quinze ans après la fin de la guerre et une année après la signature du Traité de Rome. Depuis, les échanges entre les deux villes se sont succédés sous l'impulsion des maires successifs. De multiples rencontres culturelles, sportives, scolaires et associatives ont scellé et scellent encore l'amitié des deux villes.

Site web de la ville de Neckarsulm

Jumelage avec la ville de Porcari / Italie

Jumelage depuis 2009 Ville de la province de Lucques dans la région Toscane
8 800 habitants
Située à quelques encablures de Florence et Pise

Porcari est une ville dynamique où la culture de l’olivier, les vignes, l’épeautre sur les collines offrent des paysages méditerranéens magnifiques. A Porcari, l'église de San Giusto, des ruelles et maisons colorées et les environs sont également à découvrir.

Site web de la ville de Porcari

« Le jumelage, c'est d'abord une rencontre entre des hommes, entre deux villes, entre deux populations, entre deux histoires, entre deux cultures, entre deux coutumes. Les jumelages ont pour volonté d'établir des liens aussi nombreux que possible entre les citoyens de nations. Mais ils sont aussi une démarche pédagogique : celle de nous faire découvrir que l'étranger, l'autre ne nous est pas si étranger que cela, qu'il nous ressemble, qu'il ressent les mêmes émotions, qu'il partage les mêmes sentiments, perçoit les mêmes angoisses ou projette les mêmes espoirs. »
Alain Espié, maire de Carmaux.