Photovoltaïque

La transition énergétique n’est pas un vain mot à Carmaux qui a compté parmi les grands bassins miniers français. Ainsi, à travers son histoire et son développement, la ville a toujours porté un regard attentionné vers les énergies, hier fossiles aujourd’hui renouvelables.

Depuis une dizaine d’années, la ville de Carmaux s’est engagée dans une politique environnementale vertueuse, avec pour ambition de devenir un territoire à énergie positive. La production photovoltaïque des centrales installées sur les bâtiments communaux représente 47 % de la consommation électrique totale des services de la collectivité (bâtiment communaux, éclairage public, etc.). Chaque année, plus d’un GWh (1 million de kWh) d’électricité issue du solaire sont vendus à Ene’O générant ainsi plus de 300 000 euros de recette.
Parmi les sites de production, deux installations fonctionnent en autoconsommation. Le site de la crèche l’Espélidou et celui de la salle Mitterrand dont l’électricité est consommée dans le bâtiment tout proche de l’école maternelle Jean Moulin.

Entretien
Une toiture photovoltaïque requiert peu d’entretien hormis un point de vigilance quotidien sur leur bon état de production. Néanmoins, lorsque la pente est faible ou que son implantation est proche de zones de travaux, des opérations de nettoyage peuvent se justifier. A Carmaux, c’est le cas pour dix sites dont les panneaux brillent après un lavage estival.

Depuis une dizaine d’années, la ville de Carmaux s’est engagée dans une politique environnementale vertueuse, avec pour ambition de devenir un territoire à énergie positive. La production photovoltaïque des centrales installées sur les bâtiments communaux représente 47 % de la consommation électrique totale des services de la collectivité (bâtiment communaux, éclairage public, etc.). Chaque année, plus d’un GWh (1 million de kWh) d’électricité issue du solaire sont vendus à Ene’O générant ainsi plus de 300 000 euros de recette.

Parmi les sites de production, deux installations fonctionnent en autoconsommation. Le site de la crèche l’Espélidou et celui de la salle Mitterrand dont l’électricité est consommée dans le bâtiment tout proche de l’école maternelle Jean Moulin.

Entretien
Une toiture photovoltaïque requiert peu d’entretien hormis un point de vigilance quotidien sur leur bon état de production. Néanmoins, lorsque la pente est faible ou que son implantation est proche de zones de travaux, des opérations de nettoyage peuvent se justifier. A Carmaux, c’est le cas pour dix sites dont les panneaux brillent après un lavage estival.

Projets
Quasiment tous les bâtiments à fort potentiel, c’est-à-dire dont l’exposition de la toiture permet de produire de l’électricité, sont actuellement équipés. Une cinquième tranche est lancée pour installer quatre nouvelles toitures photovoltaïques. Une première aux services techniques pour un fonctionnement en autoconsommation de 9KWc. Une seconde de 55 KWc à l’école élémentaire Jean-Baptiste Calvignac, une troisième de 30 KWc à la zone de stockage du Céroc et la dernière de 23 KWc au local de tennis de table.

Les travaux sont programmés pour fin 2019 et leur coût s’élève à 135 00 euros hors taxes. « La totalité de l’opération sera amortie sur vingt ans grâce à la revente de l’électricité. Pour compléter le dispositif, un projet est aussi à l’étude à la caserne des pompiers. » précise Alain Espié, maire de Carmaux. La technologie évolue et les nouveaux panneaux ont une puissance actuelle de 330Wc quand ceux installés en 2015 était de 270Wc.

Chiffres clés
- 69 installations dont 15 fonctionnent avec la technologie aérovoltaïque qui produit de l’électricité et surtout chauffe ou rafraichie le bâtiment.
- 4 356 panneaux soit 7 400 m² de surface
- 1088 MWh produits en 2018 soit 107 tonnes de CO² évités

Nous contacter :
Responsable du service : Laetitia Karam
Tél. 05.63.80.11.06
Envoyer un mail